COMMUNIQUE DE PRESSE
PARIS, le 20 février 2017

L’Économie bleue, moteur de la croissance verte

La Fondation de la Mer, en partenariat avec le Boston Consulting Group, dévoile le premier baromètre de la maritimisation de l’économie française.

«  La réalité et le potentiel de la mer et des océans pour la France sont largement méconnus. C’est pourquoi nous avons entrepris avec le BCG d’approcher d’une façon nouvelle et extensive leur poids dans l’économie française. Ce baromètre a permis de révéler l’importance de l’économie bleue. La France est donc bien une grande Nation maritime au même titre qu’une Nation continentale » considère Sabine Roux de Bézieux, Présidente de la Fondation de la Mer


L’économie bleue française : un succès historique

Les mers françaises génèrent l’équivalent de 14% du PIB du pays. Par comparaison avec des nations historiquement maritimisées et disposant d’atouts géographiques forts, cette contribution de la mer à la richesse nationale représente, en grandeur comparable, environ 1,5 fois celle du Royaume-Uni ou des États-Unis.

L’économie bleue est depuis toujours un des leviers de croissance de la France. La maritimisation de l’économie française peut s’analyser en trois grandes périodes, aujourd’hui parallèles, qui se renforcent les unes et les autres.

  • De l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne

L’économie bleue remonte à l’Antiquité, lorsque les hommes sont allés en mer pour se nourrir, se défendre, se développer et explorer. Ces activités traditionnelles représentent aujourd’hui 97,8 milliards d’euros de contribution à l’économie française, emploient 504 800 personnes et englobent la construction navale civile et militaire, les infrastructures portuaires et les activités liées à ces ports, la pêche et l’aquaculture, et le transport maritime.

  • Les XIXème et XXème siècles : le pétrole roi et l’essor des loisirs

Avec la révolution industrielle, deux dimensions majeures du maritime ont pris une place prépondérante: l’industrie du pétrole et celle des loisirs. L’usage contemporain et moderne de la mer représente aujourd’hui, en France, 153,8 milliards d’euros de contribution annuelle, 304 300 emplois et recouvre l’exploitation pétrolière, le tourisme du littoral le secteur des croisières et du nautisme.

  • Le XXIème siècle : les nouvelles formes de l’économie bleue au service de la croissance verte

Aujourd’hui l’économie bleue revêt de nouvelles formes, aussi variées que les télécommunications, les énergies marines renouvelables, les biotechnologies marines et l’industrie du dessalement de l’eau de mer. Elles pèsent environ 21,1 milliards d’euros de contribution annuelle et 7 400 emplois.


« La mer est un moteur de croissance pour la France depuis l’Antiquité, et l’économie bleue a aujourd’hui un immense potentiel de croissance. Des entreprises françaises sont aujourd’hui leaders dans de nombreux domaines liés à la mer, tant dans les activités historiques que dans les domaines émergents. La mer doit être au cœur de l’attention des entreprises . »
commente François Dalens, Directeur Général du Boston Consulting Group Paris et Capitaine de Frégate de Réserve dans la Marine Nationale.

Les nouvelles opportunités à saisir dans la maritimisation de l’économie : moteurs et défis

La terre est recouverte à plus de 70% par la mer. Les océans sont les régulateurs du climat, en émettant la moitié de l’oxygène que nous respirons et absorbant un tiers du CO2.

Cet espace encore peu exploité est déjà fortement convoité et mis en péril dans certaines zones. La pression démographique que va connaitre le XXIème siècle nécessitera un recours accru aux ressources des océans pour les besoins élémentaires en nourriture, en eau ou en énergie, et accentuera les risques de pollutions sur le littoral et en mer.

Dans ce contexte, les opportunités de croissance pour l’économie bleue française seront portées par un quadruple phénomène.

  • Une population mondiale qui se presse sur les rivages et d’où émerge une classe moyenne avide de loisirs et de consommation : les 11 millions de km2 de l’espace maritime français, sa position de leadership dans le tourisme, la croisière ou le nautisme devra en sortir renforcée.
  • Un souci de durabilité qui prend forme sous deux modalités : des innovations pour rendre chaque secteur plus économe en matière ou en énergie, plus sécurisé pour son personnel et plus respectueux du milieu marin dans lequel il évolue ; un effort de mise en œuvre de la transition énergétique, pour laquelle le savoir faire français dans les énergies marines renouvelables est déjà un atout.
  • Une connaissance accrue des océans : à ce jour, 90% des espèces marines restent à découvrir. Les molécules issues des mers prennent peu à peu place dans les cosmétiques et la santé. Des start-up biotechs émergent. L’exploitation des ressources biologiques des océans n’est en qu’à son début.
  • La poursuite de la mondialisation de l’économie : 90% des échanges mondiaux sont transportés par voie de mer ; 98% des télécommunications internationales passent sous la mer. Les échanges mondiaux s’intensifiant, les entreprises françaises ont un potentiel considérable à développer.

« La Fondation de la Mer encourage les entreprises et les investisseurs à se tourner vers les mers et les océans, et les pouvoirs publics à faciliter le développement de cette économie bleue. La capacité d’innovation des entreprises françaises doit être mise au service d’une économie bleue durable, tant dans les secteurs historiques du maritime que dans ceux d’avenir. Avec 20% de son espace maritime classés comme Aire Marine Protégée, la France affiche sa détermination. Que ses entreprises fassent de même, avec succès ! » conclut Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la Mer.

Méthodologie de l’étude

Cette analyse, réalisée par le Boston Consulting Group (BCG) pour la Fondation de la Mer intègre à la fois les activités traditionnelles et la contribution d’autres secteurs apparus plus récemment et dont l’essor est permis par les mers et les océans français. Elle s’est notamment appuyée sur les chiffres du Cluster Maritime Français qui regroupe depuis une dizaine d’années une grande majorité d’acteurs du maritime, complétés par les données de l’Insee, les sources interprofessionnelles et les données du BCG issues de différents rapports.

Pour chaque secteur, la contribution brute à l’économie a été comptabilisée en chiffre d’affaires total, non retraité des soldes intermédiaires. La comparaison au PIB n’a donc qu’une valeur indicative. Cette méthode est similaire aux méthodologies utilisées dans les études similaires menées (pour comparaison) aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, par des instituts statistiques publics.

Il a été porté une attention particulière pour éviter tout double compte, en ne retenant le cas échéant que les valeurs en chiffres d’affaires en aval de la chaîne de valeur, en cas de secteurs présents sur la même chaîne de valeur (par exemple, raffinage et extraction pétrolière)

 

À propos de la Fondation de la Mer

La Fondation de la Mer œuvre pour relever le grand défi du 21ème siècle. Sa mission est à la fois de rassembler tous les acteurs du monde de la mer, et de porter leur passion et leurs convictions auprès de 70 millions de Français et plus largement 500 millions d’Européens.

La Fondation de la Mer agit d’ores et déjà dans trois directions : protéger, découvrir et partager les richesses offertes par la mer.

Plus d’informations sur www.fondationdelamer.org

Suivez la Fondation de la Mer sur Twitter : @FondationMer ou sur Facebook : Fondation de la Mer

 

À propos du Boston Consulting Group (BCG)

Le BCG est un cabinet international de conseil en management et le leader mondial du conseil en stratégie d’entreprise. Nous travaillons avec des clients de tous les secteurs partout dans le monde pour identifier ensemble les meilleures opportunités, les aider à affronter leurs défis et faire évoluer leurs activités. À travers une approche personnalisée, nous leur apportons notre vision de la dynamique des entreprises et des marchés ainsi que notre expertise à chaque niveau de leur organisation. Nous leur garantissons ainsi un avantage concurrentiel durable, des organisations plus performantes et des résultats pérennes. Fondé en 1963, le BCG est une entreprise privée présente dans 48 pays avec 85 bureaux.

Plus d’informations sur www.bcg.fr/.

Suivez le bureau de Paris sur Twitter @BCGinFrance



Je veux recevoir des informations sur la grande aventure de la mer
Je m'inscris à la Newsletter de la Fondation de la mer

Retrouver la Fondation de la mer sur les réseaux sociaux

Vous aimez la mer ? N'oubliez pas de la dire.

Pensez à aimer la page facebook de la Fondation de la mer en cliquant sur le bouton ci-dessus.


Connaissez-vous la taille de
la plus haute vague au monde ?

Testez vos connaissances sur la mer
et laissez vous surprendre
en jouant au Quiz de la mer.

Accéder au Quiz
Ils nous soutiennent déjà